LA MÉRULE PLEUREUSE

Expliqué en 5 minutes !

QU'EST-CE QUE LA MÉRULE PLEUREUSE ?

La Mérule pleureuse ou la mérule des maisons, son nom latin étant Serpula lacrymas, est  un champignon qui s'attaque au bois ou aux produits dérivés du bois et qui est caractérisé par l'observation de '' larmes colorées '', d'où son nom pleureuse ou lacrymas.  Ces larmes serait formées à partir de gouttes d'eau à la surface du champignon, provenant des réactions chimiques lors de la décomposition du bois.  Ce champignon étant peu visible dans la nature, il s'attaque particulièrement aux souches des arbres des conifères ou des feuillus sans de distinction.  La mérule décompose les matériaux contenant de la cellulose, comme le bois, mais aussi le papier, le carton, etc... La cellulose étant le composé formant l'ossature ou l'enveloppe externe de la cellule végétale, lui conférant sa rigidité caractéristique.  Il faut bien comprendre que ce type d'organisme se '' nourrit '' d'un type particulier de substance et sont très rarement des organismes de types généralistes ou qui ont plusieurs sources de nourriture pour se développer et pour survivre. Ce champignon serait originaire de l'Europe et aurait été transporté par l'homme en Amérique du Nord.

 

QUELLES SONT LES SIGNES DE LA PRÉSENCE DE LA MÉRULE PLEUREURSE ?

Présence d'une substance ressemblant à de la ouate ou à une toile d'araignée.

Présence de longs et très minces filaments gris.

Une masse gélatineuse de couleur rouge-brun.

Une très forte odeur de champignon est perceptible.

QUELLES SONT LES CONDITIONS FAVORISANT SON DÉVELOPPEMENT ?

Un taux d'humidité du bois supérieur à 25 %.

Une température ambiante variant entre 20 à 26 ' C.

 Une zone confinée ou renfermée avec une très faible circulation d'air ambiant, particulièrement dans les vides sanitaires.

Une zone obscure.

La présence de vapeurs d’ammoniaque pouvant provenir des eaux usées des égouts.

Pièces de bois en contact avec le sol.

Plusieurs de ces situations se retrouvent dans un vide sanitaire, particulièrement si le sol est en terre et que l'on observe des infiltrations d'eau ou la présence d'eau stagnante.

QUELLES SONT LES MODES DE PROPAGATION DE CE CHAMPIGNON ?

Le plus difficile à observer et à contrôler, se fait par la distribution des spores  dans le milieu environnant.  Les spores étant un peu comme des graines de semences de gazon, si  l'on voudrait  faire une image.  Ce type de propagation étant très efficace et permettrait son transport par le  vent, par les animaux, par l'activité humaine et se parfois sur de très grandes distances.

Le second mode de propagation étant par les rhizomorphes de la mérule ou si l'on imaginait comme par les racines d'un arbre.  En plus de permettre la propagation du champignon, les rhizomorphes peuvent servir au transport de l'eau servant à la survie et au développement du champignon sur de grandes distances.  D'où l'origine en grande partie du mot pleureuse ou lacrymans pour identifier ce champignon.  Les rhizomorphes peuvent même traverser le béton par les fissures ou des petites fentes, sans détruire ce dernier, puisque le champignon ne dégrade pas le béton pour se développer.

QUELS SONT LES DÉGATS QUE PEUVENT PROVOQUER LA MÉRULE PLEUREUSE ?

Le bois nu devient brun et de l'effritement à la surface du bois peut être observé.  Dans les cas avancés, l'on appelle ce phénomène la pourriture cubique ou pourriture sèche qui se caractérise par la forme de cubes observés dans le bois.

Sur le point peint, apparaissent des gonflements et des craquements à la surface du bois.

Des dommages très importants aux charpentes et éléments de l'ossature en bois d'une maison.

La mérule pouvant transporter de grandes quantités d'eau sur de bonnes distances, elle peut représenter un risque de chocs électrique ou d'incendie lorsqu'elle est en contact avec le filage électrique d'une maison.

 

Pourriture cubique

Pourriture cubique provenant d'un infestation de la mérule pleureuse

COMMENT POUVONS-NOUS PRÉVENIR OU SE PROTÉGER CONTRE LA PRÉSENCE DE CE CHAMPIGNON ?

Toujours s'assurer d'une bonne ventilation des maisons, particulièrement des sous-sols et des vides sanitaires, où l'on retrouve une très grande quantité d'humidité.  Particulièrement si le sol est composé de terre et/ou de gravier.

Isoler toutes les structures de bois d'un contact direct avec la terre ou le sol. Pensez aux poteaux de soutien des poutres.

Calfeutrer et réparer les plus rapidement possibles, toutes les fuites et infiltrations d'eau observées.

Porter une attention particulière aux zones d'une maison ayant des taux d'humidité élevés, y compris les salles de bain et de lavage.

Il faut se rappeler que la présence d'humidités, de chaleur, de l'obscurité et la présence de produits du bois en contact avec le sol sont les éléments favorisant le développement de la Mérule.  Malgré toutes ces précautions, les spores de la Mérule pleureuse peuvent être présentes à l'état latent ou '' endormi '' durant de très longues périodes, voire même des années. Il est aussi possible que l'on n'observe aucun signe de la présence de la mérule aujourd'hui, mais que des spores provenant d'une contamination extérieure sont présentes. Et lorsque les conditions favorables à son développement sont réunies, elle se développe à nouveau très rapidement.

QUELS SONT LES MOYENS ET LES TECHNIQUES POUR ÉLIMINER LA PRÉSENCE DE LA MÉRULE PLEUREUSE ?

Ce phénomène étant apparu au début des années 2010 au Québec, il existe peu d'expertise et de savoir-faire dans ce domaine chez nous.  Par contre en Europe, ce champignon est très connu et fait l'objet de nombreuses recherches.  Il existe même des compagnies spécialisées dans le traitement et l'élimination de la présence de la Mérule pleureuse.  Étant donné que la construction et les matériaux utilisés en Europe ne sont pas les mêmes que chez nous, voici une liste des moyens utilisés en Europe.

Mettre à nu la structure de la maison, incluant les éléments de maçonnerie et les murs en pierres.

Remplacer complètement les bois infectés.

Brulage des murs au chalumeau et grattage par la suite de la surface à plusieurs reprises pour éliminer toutes traces de la présence de ce champignon. Cette technique n'est pas souhaitable avec nos maisons qui sont construites en bois.  Ce qui représenterait un risque important d'incendie.

Utilisation de fongicides ou de produits détruisant ce champignon.

Présentement, il n'existe aucune loi provinciale ou fédérale encadrant la démolition d'une maison infectée par la présence de ce champignon. Certains chercheurs pensent que les spores de la mérule pleureuse pourraient se propager dans l'air dans lors de la démolition d'une maison représentant un risque de contamination des maisons avoisinantes.

La visite d'un vide sanitaire d'une maison contaminée par la présence de la mérule pleureuse.